Balades 15 : Ch'tis, scandale et papillon (9 septembre 2016)

Bonjour à tous et bienvenue sur mon podcast " Balades ". Nous sommes le 9 septembre, et au programme aujourd'hui, vous avez comme toujours trois thèmes. En premier, nous allons ensemble tout au nord de la France, dans une région qui a fait beaucoup parler d'elle depuis quelques années. Ensuite, je vous propose à partir d'aujourd'hui une devinette. Vous allez devoir trouver le titre d'une chanson française ainsi que son interprète. Et pour terminer, je vous présenterai une expression imagée, je parlerai de sa signification et comment on peut l'employer. C'est parti !


***

Comme je vous l'ai déjà raconté, mes grands-parents vivaient dans la région parisienne. Mais ni mon grand-père, ni ma grand-mère n'étaient originaires de Paris. Alors que mon grand-père était du sud de la France, ma grand-mère, elle, a grandi dans une petite ville du nord de la France, qui depuis quelques années est connue dans le monde entier. Je vous donne quelques indices : poste, beffroi [1], Ch'ti, film.
Le beffroiAvez-vous deviné ? Oui, je parle de la ville de Bergues, dans le Nord-Pas-de-Calais, tout près de la frontière belge. En fait, la région Nord-Pas-de-Calais, comme on l'appelle encore dans le film, ne
s'appelle plus comme ça. Depuis le premier janvier de cette année, la région a fusionné avec la région Picardie. Et depuis mars, cette nouvelle, grande région s'appelle " Hauts-de-France " accompagnée du sous-titre " Nord-Pas-de-Calais-Picardie ". C'est devenu vraiment compliqué.
Je dois avouer que je n'ai visité Bergues qu'une seule fois. Je me rappelle que c'était en été et que je devais avoir une quinzaine [2] d'années. C'était donc à l'époque où la petite ville de Bergues n'était
pas aussi connue qu'aujourd'hui. Nous étions de passage dans la région et nous nous étions arrêtés sur la grande place et avions vu le beffroi - qui joue un rôle important dans le film " Bienvenue chez les
Ch'tis ". Ma grand-mère voulait nous montrer où elle avait passé son enfance. Son père tenait une pharmacie sur la grande place, celle que l'on peut voir dans le film. Ma grand-mère vivait donc tout près du fameux beffroi. Comme la ville a été fortement endommagée pendant les deux guerres mondiales, il ne reste malheureusement plus rien de la maison de mon arrière-grand-père [3]. Même le beffroi, que l'on peut visiter aujourd'hui, a été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été reconstruit dans les années 60. Qui aurait cru à ce moment-là que Bergues allait devenir emblématique [4] ? On associait la région souvent aux mines de charbon [5] ou éventuellement à l'industrie textile. En fait, on avait surtout en tête l'image qu'en donnait la chanson " Les corons [6] " chantée par Pierre Bachelet [7]:

Au nord, c'étaient les corons
La terre, c'était le charbon
Le ciel, c'était l'horizon
Les hommes des mineurs de fond [8]

D'ailleurs, dans la scène du film qui se joue au stade de foot, les supporters chantent justement cette chanson. Grâce au film, plein de touristes ont découvert Bergues et sa région. L'office de tourisme propose même une visite guidée des lieux les plus connus du film. Ce circuit s'appelle le Ch'ti Tour. Je ne manquerai pas d'y participer la prochaine fois que j'irai à Bergues.
Une dernière chose : si vous pensez que ma grand-mère parlait ch'ti, je dois malheureusement vous décevoir. Elle connaissait bien des expressions ch'tis, mais ne le parlait pas. En réalité, à Bergues, ils ne
sont pas ch'tis mais flamands [9].

***

Je viens de vous l'annoncer, aujourd'hui vous avez l'occasion de deviner le nom d'une chanson française et celui de son interprète. Bien sûr, j'ai choisi une chanson que, je suis sûre, vous connaissez.
Alors, la chanson à laquelle je pense aujourd'hui, n'est pas vraiment moderne. Elle a d'abord été enregistrée dans sa première version chantée par un homme - l'auteur et compositeur de la chanson - et une femme, une actrice très connue qui se consacre depuis des années à la protection des animaux. Cette première version n'est pas connue et vous allez voir pourquoi. Quand elle a été diffusée [10] la première fois à la radio, la chanson n'a pas du tout plu au mari de l'actrice. Alors, il en a interdit la diffusion à la radio et la vente du disque.
Deux ans plus tard, l'auteur-compositeur de la chanson décide d'enregistrer une deuxième version de cette chanson avec sa nouvelle compagne, une jeune Anglaise. Cette version sort l'année où le premier homme a marché sur la lune. Et cette fois-ci, c'est le succès mondial bien que de nombreuses radios décident de ne pas diffuser cette chanson, tellement elle fait scandale. Il faut dire que le contenu est très explicite. D'ailleurs, cette chanson a été écrite, composée et chantée par un homme qui adorait la provocation. Une fois, c'était dans les années 80, il a brûlé un billet de 500 francs à la télé en direct.
Cela a beaucoup choqué les Français. Mais cela lui était égal. Bien au contraire. Il cultivait cette image de provocateur. Il fumait pendant les émissions auxquelles il était invité et souvent on ne comprenait pas ce qu'il disait quand il était interviewé, on avait même l'impression qu'il avait bu.
J'aurai sûrement encore l'occasion de parler de lui parce qu'il avait un talent hors pair [11] et il a écrit beaucoup de chansons pour d'autres chanteurs.
Alors, avez-vous deviné de quelle chanson je parle et qui était le duo qui l'a chantée ? Si vous croyez avoir la bonne réponse, notez-la dans les commentaires sur podclub.ch. Bien sûr, vous pouvez aussi indiquer le nom de l'actrice qui a chanté la première version de la chanson. Je vous donnerai la solution la prochaine fois.

***

C'est la journée des nouveautés. J'inaugure [12] une autre rubrique qui sera diffusée un podcast sur deux. Je veux vous présenter ici une expression drôle, bizarre, imagée, spéciale dont je vous expliquerai la signification et l'utilisation.
Notre expression du jour m'a toujours beaucoup plu. J'adorais le son des mots et je la trouvais amusante et en même temps bizarre. La première fois que je l'ai entendue, cela devait être quand j'étais assise au bureau de mon grand-père alors qu'il était en train de faire sa comptabilité [13]. Pour m'occuper, j'étais encore petite, il m'avait montré comment faire des motifs géométriques réguliers en utilisant un compas [14]. Aujourd'hui, on appellerait le résultat probablement un mandala. Je dessinais donc mes cercles et ensuite je les coloriais. Mais après un certain temps, tout était fini et j'avais envie de faire autre chose : " Papy, quand est-ce qu'on va au marché ? " ou bien " Papy, quand est-ce que tu vas couper ma pomme ? " Mon grand-père avait une façon bien particulière de couper les pommes. Il faisait quelques incisions [15] avec un couteau bien pointu [16] et tout à coup, il tenait deux moitiés de pommes. Mais pas n'importe lesquelles. Elles ressemblaient à de l'art moderne. C'étaient comme des cubes,
des formes géométriques. Encore de la géométrie, vous allez dire, eh oui, mon grand-père était ingénieur.
Donc, quand je n'arrêtais pas de lui poser des questions et qu'il était occupé à faire autre chose, il me disait : " Minute, papillon [17] ! " Cette expression, je l'entendais aussi quand je courais en avant parce que j'étais impatiente et que ma famille n'arrivait pas à me suivre. " Minute, papillon ! "
On peut utiliser cette expression pour demander à quelqu'un d'avoir un peu de patience pour pouvoir réfléchir tranquillement à quelque chose ou pour terminer un travail commencé. Je pense que beaucoup de parents ont dit cela à leur enfant. En tout cas, quand on me disait " Minute, papillon ! ", je m'imaginais en papillon qu'on essayait d'attraper. C'est pourquoi je vous ai dit que je trouvais cette expression à la fois un peu bizarre mais aussi amusante.

***

Nous sommes arrivés à la fin de notre balade d'aujourd'hui. Pensez à noter le titre de la chanson mystère dans les commentaires. J'espère vous retrouver le 23 septembre sur podclub.ch ou sur notre application. Alors, je vous emmènerai en Normandie. Comme toujours, n'oubliez pas de travailler votre lexique entre-temps grâce à la fonction vocabulaire de notre application.
Je vous fais la bise et vous dis à bientôt pour une nouvelle balade !


[1] le beffroi : tour dans une ville d'où les gardes sonnaient l'alarme
[2] une quinzaine : environ quinze
[3] l'arrière-grand-père (m) : père du grand-père ou de la grand-mère
[4] emblématique : qui sert de symbole
[5] le charbon : matière noire qui brûle facilement et sert à chauffer
[6] le coron : groupe de maisons typiques pour la région du nord de la France
[7] https://www.youtube.com/watch?v=rygifBeBKUU
[8] le mineur de fond : ouvrier qui travaille dans une mine sous terre
[9] flamand(e) : de Flandre ; langue néerlandaise utilisée en Belgique et dans le nord de la France
[10] diffuser : transmettre par exemple une chanson ou une émission à la radio ou à la télévision
[11] hors pair : sans égal, exceptionnel
[12] inaugurer : introduire une nouvelle chose
[13] la comptabilité : noter et calculer les mouvements d'argent
[14] le compas : instrument qui sert à tracer un cercle
[15] l'incision (f) : action de couper avec un instrument tranchant
[16] pointu(e) : qui se termine en pointe
[17] le papillon : insecte à quatre ailes qui sont souvent colorées

KOMMENTARE ANZEIGEN  

JWood 22-09-2016 02:26
La chanson s'appelle, "Je t'aime...moi non plus" chantée pour Serge Gainsbourg & Brigitte Bardot (1968 & 1986) et Serge Gainsbourg & Jane Birkin (1969).
Charaf eddine 21-09-2016 18:55
Bonjour chère Isabelle, c'est Charaf eddine du Maroc, je vous remercie vivement de nous emmener chaque fois dans une nouvelle balade à la découverte de nouveaux lieux et de partager avec nous quelques aspects de votre culture riche et intéressante.
En fait j'ai pas reconnu la chanson mystère, mais l'artiste française connu pour la protection des animaux c'est Brigitte Bardeau.
En fin je trouve l'idée de parler d'une chanson française très intéressante, ainsi j'apprécie beaucoup l'idée de l'explication d'une expression authentique.
Paul Van Deusen 14-09-2016 22:28
How do you pause the program?
Guido 10-09-2016 18:11
Je t’aime … moi non plus avec Serge Gainsbourg et Jane Birkin. La première edition avec Brigitte Bardot.