L'avis de Marie 147: Clara, le merle et un enterrement de vie de jeune fille (3 juillet 2015)

Bonjour, nous sommes le 3 juillet et vous êtes bien à l’écoute du podcast «  L’avis de Marie »! J’espère que vous allez bien et que vous êtes confortablement installés pour écouter la suite des aventures de Clara. Je vous raconterai aussi le tragique destin d’un petit oiseau et vous expliquerai ce qu’est un enterrement de vie de jeune fille. Ne vous méprenez [1] pas, ceci n’est pas une histoire triste.

***

Voici ce que Clara m’a écrit : « Crois-tu que je puisse passer ma vie dans un refuge quelque part en haut d’une montagne en Argentine ? Tout le monde n’est pas aussi romantique que toi, ma chère Marie ! Bon, je dois bien te l’avouer, l’idée m’a traversé l’esprit !  Mais il est l’heure de partir. J’ai mon voyage à terminer ! Et même si c’est égoïste, c’est ma priorité. Ne va pas t’imaginer que je suis tombée amoureuse, car c’est bien ce que tu avais pensé, non ?  S’il me fallait tomber amoureuse de tous les hommes rencontrés durant mon voyage, je serais comme un marin qui aurait une femme dans chaque port ! Un homme dans chaque ville ! Tu imagines, il me faudrait une vie pour faire mon tour du monde ! Non, je m’interdis toute relation amoureuse. Tu crois que pour un homme je vais laisser tomber [2] mon voyage ? Et puis imagine, si je tombais amoureuse et si je devais quitter mon amoureux, tu crois que j'aurais envie de continuer mon voyage le cœur triste, nostalgique et de devoir réciter les vers de Lamartine: «  Un seul être vous manque et tout est dépeuplé [3] ? » Oh non, je me rends compte que mille vies sont possibles, on peut choisir celle que l’on veut ! Je ne dis pas qu’on choisit la meilleure, on choisit celle qui nous va le mieux à un instant donné. Et moi, pour l’instant, je veux juste découvrir le monde. Et puis, je sais, tu vas encore me reprocher mon côté raisonnable, mais crois-tu que je puisse vivre tout le reste de ma vie ici à plus de 3000 mètres, loin de ma famille, de mes amis ? Bien sûr que l’amour est important, c’est la chose la plus importante, mais il ne faut pas s’oublier, oublier ses besoins.
Et moi, j’ai ma culture, ma famille, mon petit bout de jardin qui m’attend. Se promener autour du monde permet aussi de se rendre compte de ce qui est vraiment important pour soi.
Me voilà donc en route, le cœur un peu triste. Ok, je l’ai dit, tu es contente ?
Je remonte vers le nord, je suis passée à Neuquèn. Je suis allée jusqu'à Mendoza, et en dépassant Jujuy, j’ai changé de paysage : la terre est devenue rouge, or, le paysage est désertique, c’est époustouflant de beauté. Tout cela en bus. Je me sens perdue dans cette immensité, mais je sens que je vais à ma rencontre. J’adore ces paysages, je me sens bien ici.
J’ai quitté l’Argentine, avec tristesse. J'ai passé la frontière, je suis en Bolivie. J’ai trouvé une excursion qui m’a amenée dans le désert de sel ! Imagine une immense étendue, ni sable, ni prairie, mais du sel. Une immense étendu de sel. Tout est blanc. Et de-ci, de-là, de petites îles de cactus !
Je continue vers le nord, La Paz. C’est effrayant et tout à la fois fascinant ! Nous sommes à 3660 mètres d’altitude et aussi loin que tu regardes, tu vois des maisons, tu as l’impression que les gens les ont construites dans les falaises, et c’est si grand, que tu te demandes comment les gens peuvent survivre ici ! J’y ai vu la misère…
Tu sais, il y a une chose qui changerait le monde. Le voyage devrait être obligatoire. Il faudrait que toute personne parte un jour en voyage. Pas de voyage organisé, non, un voyage en sac à dos et en bus. Cela la rendrait plus respectueuse devant la nature, plus respectueuse devant les différences culturelles, et surtout elle serait enfin satisfaite de ce qu’elle a. Oui, le voyage devrait être obligatoire !
Je ne te raconte pas grand-chose, j’en suis désolée, mais tu vois, j’en prends plein les yeux [4], et c’est beaucoup de nouvelles choses en une seule fois, et pour l’instant je ne peux pas les raconter, mais je veux juste les vivre. A bientôt »

*****

L’autre jour, arrivée à la maison, j’entends un bruit bizarre. Un petit cri aigu [5], je tends l’oreille. Cela vient de la cave. Je descends et voilà qu’en bas des escaliers, je trouve un bébé oiseau, mais alors un gros, c’était un merle [6]. Enfin je crois. Comment était-il arrivé jusque-là ? Sûrement pas tout seul, ce sont les chats qui ont dû l’y amener. Il ne bougeait pas, mais piaillait [7]. Je le prends dans la main, il restait sage, mais continuait à émettre ce petit son : « cui cui ». 20150703 F merle2Je l’emmène dehors, le pose sur une table et le mets à l’abri des chats. Mais que vais-je en faire ? De suite, c’est drôle, la première chose à laquelle je pense c’est de lui donner à boire et à manger. Ça mange quoi un merle ? Des vers de terre [8] non ? Alors me voilà dans le jardin à chasser des vers de terre. Je lui en rapporte trois, et ça marche. Il ouvre grand le bec et les avale ! Je me demande tout de même comment un petit oiseau peut avaler de si longs vers de terre. Mais c’est rigolo [9], car après les avoir mangés, voilà que mon merle se sent ragaillardi [10] . Le voilà qu’il se dresse sur ses pattes, et se met même à sautiller. Ah me voilà rassurée, il allait mieux. J’avais beau lui demander où était son nid [11], un merle, cela ne parle pas. Alors que faire de lui ? J’étais certaine que dans trois jours il volerait et pourrait ainsi retrouver sa famille. Pour l’instant, je ne pouvais le laisser dehors tout seul, les autres animaux cachés dans la forêt n’en feraient qu’une bouchée [12] .
Je l’emporte donc à l‘intérieur, le mets dans une cage [13] que je recouvre d’un drap pour qu’il puisse dormir. Avant d’aller moi-même dormir, je vais voir comment il va, il dormait paisiblement.

Au petit matin, étonnée de ne pas l’entendre, je soulève le drap, le petit merle, était allongé, raide, il était mort. Je le prends dans ma main et vois que sous l’aile [14] il avait une blessure [15]. La morsure [16] d’un chat. La nature a des lois que nous ne pouvons changer, un chat chassera toujours un oiseau, et même si je chasse des vers de terre pour sauver l’oiseau, la nature est plus forte. Le cœur un peu gros [17], j’ai enterré le bébé merle sous le rosier.
Trois jours plus tard, j’entends comme un bruit d’ailes dans la cuisine. Je vais voir. Il y avait une mésange [18] sous le réfrigérateur et les chats en position d’attaque surveillaient l’oiseau. Je chasse les chats, attrape l’oiseau et vérifie de suite qu’il n’est pas blessé. C’était assez incroyable car sans doute un peu abasourdie, un peu sous le choc, cette petite mésange est restée sur ma main pendant au moins 20 minutes. J’ai patienté [19] avec elle. Et puis soudain, elle s’est envolée. Non, on ne peut rien contre la nature, mais quand les histoires finissent bien, le monde est bien plus beau !

****

Si vous voyez des jeunes filles dans la rue déguisées [20] en lapin, en dehors de la période de carnaval, c’est normal, .... cette jeune fille est une future mariée. Si cette jeune fille en costume ridicule vous demande de l'argent ou si, à vous messieurs, elle demande des bisous, c’est qu’elle y est contrainte [21], ces amies sont des sadiques.
Souvent ces amies emmènent la future mariée voir un spectacle de chippendales, comme pour lui dire « Regarde bien ces superbes corps, ce seront les derniers que tu auras l’occasion de voir, car après tu seras mariée ! ». Bref, déguisement ridicule, attitude ridicule, tout cela fait partie des ingrédients d’un enterrement de vie de jeune fille. Un enterrement, c’est mettre quelqu’un sous terre, bref, c’est ce qui marque la fin de la vie, ou, d’une vie dans le cas d’un enterrement de vie de jeune fille. C’est une sorte de rituel qui marque la fin de la vie d’une célibataire avant son mariage. C’est la dernière fois avant la vie sage d’épouse [22], que la jeune fille encore célibataire peut faire tous les excès. Bref on lui donne l’occasion de profiter une dernière fois de sa liberté. Évidement il existe la même chose pour les garçons. L’enterrement d’une vie de jeune fille se fait entre filles, et celle du garçon entre garçons. Les copains et copines font tout pour vous dévergonder [23] une dernière fois. Mais bon tout cela n’a plus vraiment de sens aujourd'hui ; les couples sont plus libres, chacun veut conserver son indépendance, et ce n’est pas parce qu’on est marié que l’on ne sort plus ou qu’on s'interdit des tentations, il suffit de constater le nombre de divorces! Cela dit l’enterrement d’une vie de jeune fille reste une tradition que mes copines ont voulu me faire vivre le temps d’un week-end. Mais nous n’avons plus 20 ans, et elles me connaissent bien…Ouf je n’ai eu droit ni au lapin, ni aux danseurs bodybuildés qui même s’ils s ‘étaient agités devant moi, n’auraient pas réussi à me faire regretter ma vie de célibataire. J’avais rendez-vous pour passer la soirée chez l’une et je me suis retrouvée avec des amies qui venaient des quatre coins [24] de France dans un gite le temps d’un week-end. À défaut de m’emmener voir le loup [25], mes copines m’ont fait la surprise de m’emmener au bord de la Loue, une rivière qui coule dans le Jura. Nous nous sommes baignées, nous avons pris des apéros, nous avons bien dîné, nous avons pris un bain de minuit, parlé de tout et de rien, un week-end entre filles quoi... Et c'était très bien!

****

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Je vous retrouve dans deux semaines sur www.podclub.ch ou sur l’APP avant notre grande pause d’été. Je vous parlerai d’une manière économique de voyager et vous apporterai la preuve de mon besoin urgent de vacances. En attendant, prenez soin de vous et à bientôt !


[1] se méprendre : se tromper, faire erreur, ici, ne comprenez pas mal le sens du mot enterrement
[2] laisser tomber : ici abandonner , arrêter le voyage
[3] « un seul être vous manque et tout est dépeuplé » est un vers du poète Lamartine , qui parle de la mélancolie, du manque, avez-vous remarqué que quand le cœur est triste et souffre du mal d’amour, on ne voit plus les choses, seul l’être aimé est important
[4] En prendre plein les yeux : expression qui signifie qu’on découvre beaucoup de choses nouvelles, qu’on est dans un état d’euphorie, que devant soi on voit des choses incroyables
[5] aigu : haut, élevé, le contraire de grave, bas
[6] (le) merle : http://www.oiseaux-nature.com/oiseaux_de_france/merle_noir/merle_noir.html
[7] piailler : le petit cri que font les oiseaux
[8] (le) ver de terre : http://ceiba.canalblog.com/albums/7___equateur__communaute_santa_lucia/photos/36186746-verde_terre_tropical_presques_2_metres_de_long_.html
[9] rigolo : drôle, enfin ici c’est une façon de parler, la chose en soi n’est pas drôle, mais inhabituelle
[10] ragaillardi : quand quelqu’un ou ici mon oiseau retrouve de la force, de la vigueur, de la force , de la vie
[11] (le) nid : la maison d’un oiseau
[12] ne faire qu’une bouchée : expression qui signifie au sens figuré «  gagner facilement » mais ici il faut le prendre au sens propre, un animal plus gros que le bébé merle le mangerait d’un coup de dent, ce bébé serait avalé en une seule fois
[13] (la) cage : espace fermé où on met des animaux
[14] (l(a)) aile : nous les hommes avons des bras, les oiseaux pour voler, ont des ailes
[15] (la) blessure : quand on se fait mal, on se blesse, on est blessé, on a une blessure, quand un chat prend un oiseau dans sa gueule, il le blesse
[16] (la) morsure : quand un chien ou un chat vous mord, c’est-à-dire prend votre peau dans entre ses dents, il vous mord, vous avez la trace de la morsure
[17] avoir le cœur gros : expression pour dire qu’on est triste
[18] (la) mésange : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mésange_bleue
[19] patienter : attendre
[20] être déguisé(e) : être habillé(e) en un personnage, un animal, se cacher derrière un costume, un maquillage
[21] être contraint à faire quelque chose : être obligé de faire quelque chose contre sa volonté, dans cet exemple, la future mariée est obligée par ses amies à faire des choses ridicules, elle même ne le ferait pas
[22] (l(a)) épouse : la femme d’un mari, d’un époux
[23] dévergonder :amener quelqu’un à faire des excès, des choses pas très sages
[24] (les) quatre coins: de toutes les extrémités, ici les amies venaient de régions différentes, du Sud, de l’Est, du Nord, de l’Ouest
[25] voir le loup : expression qui signifie perdre son innocence avant le mariage, c’est bien sûr une expression un peu vieilli, car peu sont les filles qui aujourd’hui n’ont pas vu le loup avant leur mariage ;-)

KOMMENTARE ANZEIGEN  

Tsutomu Mitamura 09-07-2015 11:26
Le deuxième épisode m'a touché.
Que vous avez bon coeur !
La nature est vraiment riche autour de chez vous, quand même !