L'avis de Marie 152: La France ? Non merci, mais la COM oui ! (9 octobre 2015)

Bonjour, bienvenue sur le podcast " L'avis de Marie ". Nous sommes le 9 octobre et avant de commencer, j'aimerais vous rappeler la nouvelle fonction de vocabulaire qui vous permettra d'enrichir vos connaissances lexicales de la langue française. Allez la découvrir sur notre site. Je voulais vous parler de mon travail, mais l'actualité et une certaine carte postale m'ont fait changer d'avis ! Pour commencer aujourd'hui, une constatation : La France ne fait plus rêver ! Ce n'est pas moi qui le dis, mais c'est un fait. Il y en a bien une qui se plaît en France, notre amie Clara. Oui mais pas en France métropolitaine, non, dans la COM !! Ah ah, qu'est-ce la COM ?, vous l'apprendrez !
***
Thomas Jefferson, troisième président des Etats-Unis aurait déclaré un jour : " Chacun a deux patries[1], la sienne et la France ! " Oui mais ça c'était avant, c'était du temps où la France avait  de grandes idées, c'était au XVIIIe  siècle, c'était du temps de Voltaire, le siècle des Lumières[2], ensuite, c'était le temps où l'acteur De Funès[3] tournait ses gendarmes à Saint-Tropez[4], c'était quand la France fabriquait sa fameuse 2CV, c'était quand, dans le film " Et Dieu créa la femme[5]", Brigitte Bardot apparaissait nue sur le grand écran, c'était quand la France a gagné la coupe du monde de football. Mais ça, c'était avant ! Je suis une vieille réactionnaire[6] ? Non, non, je ne dis pas qu'avant c'était mieux, je dis juste qu'aujourd'hui plus personne ne veut venir en France ! Les demandes d'asile auraient baissé ou du moins contrairement à la Grande-Bretagne ou l'Allemagne, elles n'augmentent pas. La France n'est pas cet Eldorado[7] qui fait rêver. Ces hommes et ces femmes qui fuient la guerre et cherchent une terre d'accueil ne font que passer, ils ne veulent pas rester en France ! Tu m'étonnes. Les médias ne sont même pas capables de différencier dans leur vocabulaire la notion de migrants, et de réfugiés politiques ! C'est navrant non ?
Que veulent-ils faire dans un pays, où les directives mises en place au nom du politiquement correct[8] produisent l'effet inverse de celui attendu : l'intolérance. Que viendraient-ils faire dans un pays, où le populisme[9] s'exprime un peu trop à mon goût ! Que viendraient-ils faire dans un pays, où on enlève le goût d'entreprendre[10] puisque les mises aux normes, les lois, les taxes, les dérogations[11], les autorisations, démotivent avant même de commencer à entreprendre ! Que viendraient-ils faire dans un pays où les lois ne sont faites que pour les grandes sociétés, les riches ? Que viendraient-ils faire dans un pays, où les guignols de l'info, ces marionnettes qui, tous les soirs se moquaient de nos politiques, ont été purement et simplement enlevés des programmes de télévision en clair[12]... Que viendraient-ils faire dans un pays, où de gauche ou de droite, les politiciens tiennent le même discours et pactisent[13] avec les banques ! Oh non, ce n'est pas parce qu'on lance quelques missiles sur un pays, qu'on peut prétendre être un grand pays ! Non, non, c'est un fait, la France n'attire plus. La France comptait accueillir 24000 demandeurs d'asile, c'est à se demander si elle va les trouver. Elle devrait peut-être songer à faire des offres promotionnelles, du genre, pour une demande d'asile, une carte SIM offerte !
D'abord en France il n'y a pas de travail, avec nos 10, 4% de taux de chômage, cela ne donne pas envie. Même pas la peine de songer à travailler au noir[14], les petits boulots dans les stations services, les cuisines de restaurant, les aides à domicile, sont tous employés par des diplômés bac plus 4[15]. J'exagère à peine ! En plus, les procédures de demande d'asile durent en moyenne deux ans, c'est un temps de réflexion assez long, suffisamment pour changer d'avis. Et puis, il y a la langue de Molière[16] ! C'est qu'elle est compliquée avec toutes ses exceptions, même moi dont c'est la langue maternelle, lorsque je cherche à appeler une administration, de plateforme en plateforme téléphonique, j'y perds mon latin[17] ! Non vraiment, " la France c'est joli, pour les vacances " Parole de migrants !
***
Voilà que dans ma boite aux lettres, ce matin gris, il y a une belle carte postale de Tahiti, c'est Clara. La carte est accompagnée d'une lettre, voilà ce qu'elle m'écrit : " Me voilà dans une COM, moi j'étais persuadée d'être dans les DOM TOM, tu sais à l'école quand on apprenait cette France d'ailleurs, ces territoires et départements d'outre-mer, on rêvait. Un jour, j'irai là-bas ! Eh bien, j'y suis ! Sauf que la Polynésie Française, n'est plus depuis 2003 un Territoire français d'outre-mer, mais une collectivité d'outre-mer, une COM ! Voilà, c'était la leçon de géographie du jour ! Bref, je suis arrivée à Tahiti, une des îles  de la Polynésie Française, au milieu de l'Océan Pacifique, à 6000 kilomètres de l'Australie.Thaiti
La Polynésie est composée de cinq archipels[18]. Il y a 118 îles. Tahiti est située dans l'un de ces archipels, l'archipel de la Société. Dans cet archipel, il y a les îles Sous-le-Vent et les îles du Vent. C'est là que je suis, sur l'île de Tahiti, et plus exactement, sur l'île de Tahiti Nui, à Papeete, la capitale. Il y a aussi Tahiti Iti, c'est la Presqu'île que j'ai faite à vélo ! L'île est magnifique, c'est comme sur la carte postale, du sable blanc, parfois noir, c'est vrai, des palmiers ! C'est superbe, pour qui aime le soleil, le sable.
Je loge dans une famille française, des amis d'amis. Ils sont formidables. Le père de cette famille est venue m'attendre à l'aéroport avec un collier de fleurs comme le veut la tradition ! Ils m'ont emmenée faire des tours sur leur voilier. Ils m'ont même prêté de l'argent car ma carte bancaire ne fonctionne pas ici. J'ai pu ainsi me rendre sur l'île de Maupiti, celle de Tahaa et de Raiatea. J'aurais aimé aller sur l'île de Gauguin et voir sa " maison du Jouir ", mais cela est tout de même très loin et très cher. Ici la vie insulaire[19] n'est pas donnée[20] . Depuis mon séjour dans cette petite pension à Maupiti, je me mets une fleur dans les cheveux. C'est la patronne de la pension, qui m'a appris cette tradition. Ici la vie est tout de même très cool... Les gens sont très accueillants. D'île en île, j'ai logé chez des amis d'amis. Même qu'en arrivant à Taihaa, l'homme chez qui je devais habiter, m'attendait à l'aéroport. Il vient vers moi et me tend des clés : " Tenez, cela c'est la clé de la maison, celle-ci de mon scooter, je pars en vacances. A plus tard ! " C'est dingue non ! La voisine de la maison où j'habitais m'avait appréciée, et m'emmenait manger tous les soirs au restaurant ! C'était vraiment extraordinaire. Sinon, qu'ai-je fait ? J'ai appris la danse polynésienne, j'ai fait de la plongée et j'ai même dansé avec une raie[21] ! Mais je te raconterai cela une prochaine fois, on m'attend, je vais faire du bateau." Cela laisse rêveur non ?
***
Bien, je ne sais pas vous, mais j'ai du travail, encore et encore, je rêverais de danses polynésiennes quand j'aurais le temps de dormir. Je vous retrouve dans quinze jours sur www.podclub.ch ou sur notre APP. N'oubliez pas de jeter un coup d'œil sur notre nouvelle application vocabulaire. La prochaine fois ? Si les nouvelles me laissent en paix, je vous emmène au cinéma. Prenez soin de vous ! A bientôt.


[1] (la) patrie : le pays
[2] (les) Lumières : mouvement culturel au XVII e siècle dont le but est de promouvoir les connaissances, de lutter contre l'intolérance
[3] De Funès : acteur français dont vous devez absolument voir les films
[4] Le gendarme à Saint-Tropez : film franco-italien, réalisé par Jean Girault, en 1964
[5] Et Dieu créa la femme : film de 1956 réalisé par Roger Vadim, Le film est célèbre pour plusieurs raisons : Saint-Tropez, Brigitte Bardot, la danse tam-tam mambo, le scandale, les premiers nus de Bardot qui vont permettre au film de battre des records de recettes, tout particulièrement aux États-Unis.
[6] (le/la) réactionnaire : qui réagit à tout qui idéalise le passé, avant c'était mieux !
[7] (le) Eldorado : est une contrée mythique, qui n'existe pas, mais qui fait rêver, Dans Eldorado de Laurent Gaudé, Eldorado est confronté à la société actuelle au mythe d'Eldorado pour l'immigré. Eldorado représente les pays industrialisés pour les immigrés.
[8] le politiquement correct : c'est un discours neutre qui se réfère à ce qui est acceptable, consensuel, qui ne va pas à l'encontre des sensibilités des gens
[9] (le) populisme : Le populisme désigne un type de discours et de courants politiques qui fait appel aux intérêts du " peuple ", ici il est employé dans une sens péjoratif, où le discours est quelque peu raciste
[10] entreprendre : réaliser, être actif, faire
[11] (la) dérogation : autorisation accordée pour déroger une loi, pour adapter une loi
[12] en clair : ici je fais référence à ses chaînes câblées  dont les programmes sont cryptés, c'est-à-dire payants, parfois ces chaînes là, comme CANAL PLUS, proposent des programmes en clair, c'est-à-dire que tout le monde peut voir, sans avoir payé
[13] pactiser : s'entendre, s'arranger avec quelqu'un en acceptant un arrangement compromettant
[14] travailler au noir : travailler sans être déclaré
[15] bac plus 4 : des étudiants qui ont un diplôme qui représente 4 années d'études après leur baccalauréat, ainsi il y a les bac+2, bac+3, bac+3, +5....
[16] la langue de Molière : le français
[17] perdre son latin : ne plus rien comprendre
[18] (le) archipel : ensemble d'îles
[19] insulaire: adjectif qui qualifie ce qui vient d'une île
[20] ne pas être donné : est une expression pour dire que c'est cher, par exemple au lieu de dire 100 euros une nuit d'hôtel ce n'est pas donné, cela veut dire, 100 euros c'est cher
[21] (la) raie : poisson http://img0.mxstatic.com/wallpapers/c76a818771d919652d30da1516d21e16_large.jpeg

KOMMENTARE ANZEIGEN  

Diego Marín 16-10-2015 20:57
Bonjour, merci pour vos podcasts.